La teneur en aspartame dans le Coca-Cola Zero et Coca-Cola light en Suisse est d'environ 130 mg / L. L'Ordonnance sur les additifs tolère jusqu'à 600 mg / L.

L'aspartame peut être utilisé comme édulcorant par des personnes de toutes les tranches d'âges sans aucun risque pour la santé. L'aspartame est deux cents fois plus édulcorant que le sucre.  Comparé à d'autres édulcorants comme le cyclamate et le  glycoside de stéviol, son goût est agréablement doux.   Pour obtenir un effet plus édulcoré et un goût encore meilleur, l'aspartame peut être mélangé à d'autres édulcorants.  

Les édulcorants peuvent aider à limiter la charge calorique due au sucre. Ils sont également particulièrement adaptés pour une alimentation pauvres en calories.  De plus, l'aspartame n'augmente pas les taux de sucre dans le sang et n'a aucune influence sur les niveaux d'insuline.  C'est pourquoi l'aspartam convient aux diabétiques.   Les personnes intolérantes au fructose peuvent sans aucun problème se tourner vers l'aspartame.   Les personnes désireuses de se préserver des caries ou dont les  lipides sanguins sont élevés (hypertriglycéridémie) peuvent également utiliser l'aspartame ( et d'autres édulcorants).  

Les enfants et les femmes enceintes peuvent également consommer de l'aspartame sans risque et ce dans le cadre des valeurs DJA.  Seules les personnes souffrant de très rares désordres métaboliques des sucres (phénylcétonurie) ne devraient pas consommer d'aspartame.  Les  produits de dégradation métabolique de l'aspartame sont également sans danger pour l'être humain. À l'heure actuelle, les études du monde entier ne présentent aucun doute sur son innocuité. On peut donc utiliser l'aspartame en toute sécurité et il peut parfaitement entrer dans la cadre d'une alimentation équilibrée. 

La teneur en aspartame dans le Coca-Cola Zero et Coca-Cola light en Suisse est d'environ 130 mg / L. L'Ordonnance sur les additifs tolère jusqu'à 600 mg / L. 
La teneur en aspartame dans le Coca-Cola Zero et Coca-Cola light en Suisse est d'environ 130 mg / L. L'Ordonnance sur les additifs tolère jusqu'à 600 mg / L.