Muhtar Kent, président et PDG de « The Coca-Cola Company », a analysé le but de « Water Replenishment » que l’entreprise a atteint avec 5 années d’avance. De plus, il a expliqué pourquoi il est nécessaire d’agir dans les domaines de la protection des eaux et de l’économie d'eau.

Notre planète a un problème d’eau. Depuis un grand nombre d'années, mon entreprise s'est penchée sur ce problème dans de nombreuses régions du monde.

Ce n'est pas un secret que la situation mondiale concernant l’approvisionnement en eau est difficile. Selon certaines estimations, nous aurons besoin de 40 % de plus d’eau douce que nous y avons accès aujourd’hui. Malheureusement, il est plus probable que la situation devienne pire que meilleure. Je suis inquiet car le monde des affaires ainsi que la société entière ne voient pas vraiment l’urgence de ce sujet. Certes, il y a des activités utiles dans certains domaines. Mais en même temps, j’ai l’impression que ceux qui ne sont pas directement concernés par la pénurie ou par les problèmes de qualité n’apprécient pas souvent l’eau à sa juste valeur.

Beaucoup d’experts prédisent des conflits et des mouvements de population à cause de la pénurie en eau. Moi, je prédis qu’une entreprise qui ne traite pas l’eau d’une manière responsable, ne sera plus active dans 20 ans. Je ne fais pas ma déclaration en qualité de spectateur passif. 

Il y a 12 ans, il a été reproché à notre entreprise de gaspiller l’eau en Inde pendant une période de sécheresse. Bien que nos actions aient respecté les dispositions légales en vigueur et que nous ayons utilisé nos propres ressources en eau, nous avons dû faire face aux fermetures d’usines et à une réputation détruite. De nombreux consommateurs se sont distancés de nos marques. 

Rétrospectivement, je peux dire que c’était une expérience difficile mais également éducative. Les effets étaient visible bien au-delà des frontières de l’Inde. À l’époque, nous nous sommes concentrés sur la consommation d’eau dans nos modes opératoires – mais ce n’était pas suffisant. 

Grâce à cette expérience, nous nous sommes réveillés. 

C’est ainsi que l’eau est devenue une priorité au sein de notre entreprise. Nous avons commencé une évaluation globale de notre consommation d’eau et ses risques ainsi que des possibilités à économiser l’eau. À cette occasion, je voudrais recommander à chacun de faire la même chose. Nous avons également travaillé avec nos embouteilleurs, sous-traitants et d’autres partenaires pour jouer un rôle actif dans la protection des eaux et dans la responsabilité sociale. En 2007, nous nous sommes en outre engagés à réintroduire toute l’eau que nous utilisions, afin de restituer chaque litre d’eau que nous utilisons dans nos boissons et dans la production, à la nature et à la communauté dans notre champs d’activité. 

À cette époque-là, nous souhaitions atteindre cet objectif. Il avait été créé pour des raisons de responsabilité et de nécessité. Aujourd’hui, beaucoup d’auditeurs indépendants confirment que nous avons atteint cet objectif 5 ans plus tôt que prévu. Cela, grâce au travail en faveur de la réhabilitation des bassins hydrologiques, de la protection des eaux et de l’accès à l’eau propre, ainsi qu’à l’aide de plusieurs partenariats intersectoriels. Nous nous sommes en outre engagés à maintenir ce résultat conformément à la croissance de notre entreprise. 

Il ne s’agit que d’une seule entreprise. Les changements que nous pouvons atteindre sont limités, même si nous et tous nos partenaires agissent dans le même sens. C’est pourquoi, je suis convaincu qu’il faut faire encore davantage, tous ensembles, pour conserver cette ressource précieuse dans l’avenir et pour la traiter d’une façon responsable. Bien que nous nous soyons engagés à faire notre contribution, l’eau est une ressource partagée qui est la responsabilité des entreprises, du gouvernement, de la société civile, de la communauté et de tous les individus. 

Aujourd’hui, notre monde est plus interconnecté que jamais. Une période de sécheresse sur une partie de la planète est bien plus qu’un simple évènement local ou régional. Elle peut provoquer des réactions destructrices dans l’environnement – et dans l’économie – partout. 

Il n’y a pas de solutions simples. Plusieurs solutions et beaucoup de partenaires de coopération seront nécessaires pour lutter contre la pénurie d’eau. Certains de ces groupes, parmi eux Coca-Cola se sont rassemblés à Stockholm à l’occasion de la semaine mondiale de l'eau. Ils ont discuté des différentes possibilités et innovations pour améliorer la disponibilité d'eau et pour gérer les défis de développement.

Aujourd’hui je voudrais inviter les cadres et les individus du monde entier à nous aider à protéger et à économiser l’eau. 

Si vous jouez déjà un rôle de pionnier, je vous remercie. Si vous êtes en train de vous engager, je veux vous encourager à continuer sans cesse. Si vous ne vous êtes pas encore engagé, j’espère que vous vous penchez d’une manière intensive sur les problèmes d’eau actuels. 

L’eau est un des problèmes majeurs menaçant la planète que nous partageons. C’est un problème plus grand que les opinions différentes. Veuillez regarder cela comme votre signal d'alarme. N’attendez pas un signal plus urgent. Notre avenir dépend de nos actions. 

Découvrez comment nous avons atteint notre objectif « Water-Replenishment » cinq ans plus tôt que prévu. 

Muhtar Kent est le président et PDG de « The Coca-Cola Company ».