Pendant l’été, 23 étiquettes différentes de l’artiste Fredinko orneront les bouteilles en PET Coca en Suisse. Ces dessins colorés montrent de manière ludique la diversité des cantons suisses, et nous invitent à toutes les découvrir et à les collectionner.

Nous nous sommes entretenus avec l’artiste Fredinko qui nous a raconté tous le processus de création de ses illustrations.

Tu reconnais ces deux cantons sur l’étiquette ? Il s’agit de Zurich et de Berne.

Avec tes illustrations, tu as non seulement décoré les bouteilles de Coca-Cola en Suisse pendant l’été, mais tu as également battu un record: pour le lancement, toutes tes illustrations ont été assemblées pour former le plus gros puzzle de Suisse qui a été présenté à la gare de Zurich. Comment on se sent avec tout ça?

C’était incroyable de les voir toutes assemblées en un puzzle géant. On a toujours une petite idée de ce que ce sera, mais ça m’a vraiment bouleversé. Concevoir la Suisse entière avec ses multitudes de facettes sur une telle surface a été une chance pour moi. Et que cela représente un record suisse en est le couronnement. »


Chaque visiteur dans la Hauptbahnhof de Zurich pouvait obtenir une pièce du puzzle — chaque pièce unique — moyennant un don. Le produit des dons a été reversé à Pro Juventute.

Comment as-tu procédé pour la conception de ces illustrations et du puzzle? As-tu commencé avec un canton précis ou avec le contour de la Suisse?

À l’origine, il était prévu de créer une étiquette pour chaque canton pour l’édition d’été des bouteilles de Coca-Cola — l’idée du puzzle ne s’est développée que plus tard dans le projet. J’ai donc commencé avec des cantons individuellement, lesquels exactement je ne me souviens plus. Mais pour chaque canton j’avais un moodboard sur lequel étaient recensés des caractéristiques et des monuments représentatifs du canton en question.


Pour la conception des étiquettes, Fredinko a travaillé sur ordinateur, afin que l’espace pour le logo et l’étiquette s’intègre parfaitement.

Comment le puzzle a-t-il été mis au point à partir des illustrations?

Je travaille souvent sur des formats assez grands. Je peins souvent sur des murs entiers ou je fais des performances en direct durant lesquelles je peins plusieurs éléments que je connecte ensemble. J’ai donc pris conscience que ce serait mieux que j’illustre la Suisse dans son intégralité. J’ai alors proposé cela et Coca-Cola a immédiatement adhéré. De façon générale, j’étais très libre - on ne m’a rien imposé même pas quelles images mettre dans quelles illustrations.

D’illustrations individuelles à la Suisse entière : on peut se perdre pendant des heures dans l’art sub-til de Fredinko.

Ton œuvre d’art est immense et très détaillée — as-tu prévu des surprises pour les spectateurs attentifs?

En fait, au début, ça n’était pas du tout clair que ça deviendrait un puzzle. Nous avions aussi d’autres idées, par exemple de faire des énigmes. J’ai donc imaginé quelques détails amusants, comme par exemple dans le canton de Bern, Albert Einstein qui tire la langue ou encore la fontaine « Kindlifresser ». Les illustrations offrent la possibilité d’apprendre des nouvelles choses et de redécouvrir la Suisse avec ses traditions et ses monuments géographiques.

Trouveras-tu le « Kindlifresser » et Albert Einstein ? Fredinko a mis en scène de façon ludique et colorée les monuments de chaque canton.

La représentation des armoiries est également devenue assez ludique — car il s’agit de publicité, il ne faut pas reprendre les armoiries cantonales 1 : 1. Par exemple, j’ai représenté le blason de Zurich dans un verre tenu dans la main par un lion; on peut alors reconnaître le blason dans l’angle créé dans le verre. Parfois, il faut déjà avoir quelques connaissances pour pouvoir repérer les différents éléments.

Le blason zurichois comme un verre de vin dans lequel boit un lion : pour représenter les armoiries des cantons, l’artiste Fredinko a du faire preuve de créativité, car il ne pouvait pas les représenter 1:1.

Quelle étiquette est ta préférée?

Je pense qu’elles fonctionnent toutes assez bien, mais les cantons avec lesquels j’ai un lien personnel sont ceux qui me plaisent le plus. Donc j’ai grandi dans le canton de Glaris et je vis maintenant à Zurich et ce sont deux illustrations que je trouve très harmonieuses. J’avais moins d’affinités avec certains cantons et donc cela a été plus difficile pour moi de trouver les sujets parfaits.

C’est son lieu d’origine, elle a donc une place spéciale dans son cœur : l’illustration du canton de Glaris.