« Les entreprises, les gouvernements et les ONG doivent rendre le recyclage plus accessible et plus attrayant », a déclaré James Quincey, PDG de Coca-Cola, lors d’une table ronde tenue au Forum économique mondial (WEF) 2019 à Davos. Il sera alors possible de réduire les déchets plastiques dans le monde entier et de créer une économie circulaire qui fonctionne.

Dans ses remarques, Quincey a abordé à la fois les défis et les réalisations existants. « Nous avons vu certains pays, tels que le Mexique et l’Afrique du Sud, augmenter leur taux de recyclage du plastique de 10 % à 70 % en dix ans, alors que la moyenne mondiale est de 60 %. Nous avons démontré que dans certains pays cela fonctionne. Maintenant, nous devons porter ce succès une échelle mondiale. »

En Suisse 83 % des bouteilles en PET sont recyclées. (Stand 2017)

Quincey et les autres intervenants Ramon Laguarta (PDG de PepsiCo), Jim Fitterling (PDG de Dow Chemicals), Brune Poirson (Secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire) et Tran Hong Ha (ministre de l’Environnement du Vietnam) ont discuté des moyens possibles d’unir leurs forces pour atteindre leurs objectifs. « Les avantages du recyclage doivent être plus importants pour le consommateur », déclare James Quincey. « Nous devons rendre plus pratique et utile le retour des bouteilles en PET. Pour qu’elles aient de la valeur, nous pouvons les racheter et les réutiliser. Ensuite le système se mettra en route rapidement. Nous devons créer un système opérationnel grâce à une collaboration intersectorielle. »

En Suisse, il existe 50 863 points de collecte. (Stand 2017)


James Quincey au World Economic Forum (WEF) 2019 à Davos (Photo Credit : World Economic Forum / Sikarin Fon Thanachaiary)

Quincey a souligné que, bien que Coca-Cola poursuive ses efforts d’innovation — des emballages durables au recyclage des produits chimiques — le plus grand défi se trouve dans le fait de réussir à ce que de plus en plus de gens partout dans le monde, se mettent à recycler le plastique.

En Suisse, les bouteilles Coca-Cola en PET contiennent jusqu’à 50 % de PET recyclé.

Un auditeur a demandé aux participants s’ils envisageaient des alternatives au plastique : « Outre le recyclage, nous devons également réfléchir à l’empreinte carbone de chaque alternative — car les bouteilles en PET recyclées ont une empreinte plus importante que l’aluminium ou le verre. »

Coca-Cola Suisse était un membre fondateur de l’association PET-Recycling Schweiz en 1990.

Le PDG de Coca-Cola envisage l’avenir avec confiance : « L’élan est de notre côté. »

Nous sommes en train de passer d’actes individuels de quelques pays à des succès à plus grande échelle. En fin de compte, nous n’avons pas à tout réinventer, car il existe des pays où le problème a déjà été résolu — car ils ont uni leurs forces ».